Shift_logo_white.png
La réalité virtuelle haut de gamme facile à transporter et à utiliser pour professionnels
En savoir plus

L’EASA approuve la simulation en VR.

Les créateurs d'un simulateur de vol destiné aux pilotes de giravions ont obtenu la première certification européenne pour un système de réalité virtuelle. Cet entraîneur est conçu pour permettre aux pilotes de s'exercer à des manœuvres risquées dans un environnement virtuel, indique l'EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne).

Il a été développé par VRM Suisse pour le populaire Robinson R22, et une version pour l'Airbus Helicopters H125 est en cours. "Les pilotes peuvent désormais faire créditer du temps de simulation à leur formation de vol et bénéficier de la grande valeur de formation du dispositif", déclare VRM.


Les simulateurs du R22 et du H125 disposent tous deux d'options de formation à l'élingue.

"Les pilotes devraient recevoir une formation réaliste sur les simulateurs", déclare Fabi Riesen, chef de VRM. "Cela permet aux exploitants d'hélicoptères et aux écoles de pilotage de voler plus efficacement et en toute sécurité."


Selon Riesen, "beaucoup de travail préparatoire a été nécessaire", avec un programme d'évaluation impliquant plusieurs pilotes - parmi lesquels des instructeurs de vol d'hélicoptère et des pilotes d'essai - de diverses nationalités.


Selon VRM, cette évaluation a "confirmé l'adéquation" du concept de réalité virtuelle à des fins de formation, notamment pour l'autorotation, le vol stationnaire et les atterrissages en pente.


Les situations d'urgence telles que la défaillance du rotor de queue peuvent être pratiquées, ajoute la société : "Le système permet également des scénarios qui ne sont pas réalisables ou trop dangereux avec un hélicoptère réel."


Le concept comprend un casque de réalité virtuelle, le Varjo VR-3, un cockpit et une plateforme de mouvement. VRM affirme que cela permet aux pilotes d'être "totalement immergés".

L'EASA accorde 5 heures de crédit pour une licence privée et 10 à 20 heures pour une licence commerciale d'hélicoptère, en fonction de la formation. La formation au vol de nuit est également créditée.


Selon l'EASA, environ 20 % des accidents de formation sur hélicoptères se produisent lors de la pratique de manœuvres dangereuses. Le chef du département de l'aviation générale et des VTOL (avion à décollage et atterrissage vertical), David Solar, affirme que la qualification du simulateur de réalité virtuelle R22 est une "étape supplémentaire" vers les objectifs de l'industrie visant à améliorer la sécurité des giravions de 50 % d'ici 2028.


L'autorité a dû adapter ses processus - y compris l'utilisation de conditions spéciales - pour gérer la qualification d'un système basé sur la réalité virtuelle, afin de garantir un niveau de sécurité équivalent dans le cadre de la certification des dispositifs d'entraînement au vol.

Le directeur des normes de vol de l'EASA, Jesper Rasmussen, décrit l'approbation de la réalité virtuelle comme une "étape importante" dans l'évolution des simulateurs.


"Cette évolution permettra de disposer d'une gamme plus large de dispositifs de formation rentables pour compléter les simulateurs de vol et est motivée en partie par les besoins de formation pour les nouveaux avions VTOL", ajoute-t-il.


Source : FlightGlobal

Credit Photo : VRM Switzerland


Shift_logo_white.png
La réalité virtuelle haut de gamme facile à transporter et à utiliser pour professionnels
En savoir plus