Shift_logo_white.png
La réalité virtuelle haut de gamme facile à transporter et à utiliser pour professionnels
En savoir plus

La VR utile dans le traitement de l'hyperphagie boulimique.

Dans une expérience publiée dans la revue Appetite, il a été constaté qu'une formation en réalité virtuelle réduisait la perte de contrôle de l'alimentation chez les participants ayant des antécédents de frénésie alimentaire.

L'hyperphagie boulimique se caractérise par des épisodes où l'on mange de grandes quantités de nourriture en perdant le contrôle. Bien que la thérapie cognitivo-comportementale soit le traitement le plus populaire de l'hyperphagie boulimique, les preuves suggèrent qu'un nombre important de patients conservent leurs symptômes après le traitement.


Les chercheurs Stephanie M. Manasse et son équipe suggèrent que les traitements actuels ne parviennent pas à cibler la perte de contrôle associée aux crises de boulimie. Selon les chercheurs, cela est dû au fait qu'il est difficile de transférer les bénéfices du traitement au comportement alimentaire dans le monde réel. Manasse et ses collègues proposent qu'une formation immersive en réalité virtuelle (VR) centrée sur le contrôle inhibiteur puisse être particulièrement efficace pour modifier le comportement des patients.


Les chercheurs ont recruté 14 adultes qui ont déclaré avoir perdu le contrôle de leur alimentation au moins une fois par semaine au cours des trois derniers mois. Les sujets avaient un âge moyen de 46 ans. Pendant deux semaines, les participants ont suivi un entraînement quotidien au contrôle inhibiteur en VR. Les sujets ont effectué la première session en laboratoire et 13 autres sessions d'entraînement à domicile.


La formation suivait ce qu'on appelle un paradigme Go/No Go. Au cours d'une série d'essais, les sujets ont vu des modèles 3D réalistes d'un aliment de type "binge food" (une pizza, des frites...), d'un fruit ou d'un légume, ou d'un objet neutre (un bol, une fourchette). Les aliments consommés avec excès étaient associés à un indice de non consommation, les fruits et légumes à un indice de consommation, et les aliments neutres à un indice de non consommation la moitié du temps et à un indice de consommation l'autre moitié du temps.


Tous les éléments étaient présentés dans une assiette et semblaient être posés sur une table, et les sujets avaient des manettes qui leur permettaient de "saisir" les objets. Les participants avaient pour instruction de saisir les objets "go" et de les porter à leur bouche aussi vite que possible, mais ils devaient s'abstenir de répondre aux objets "no go".


Grâce à des entretiens cliniques menés au départ, après l'intervention et lors d'un suivi de deux semaines, les chercheurs ont évalué l'évolution du comportement alimentaire des participants en cas de perte de contrôle. Ils ont constaté que les sujets avaient réduit leur comportement de boulimie tout au long de la formation et que les épisodes de boulimie avaient continué à diminuer au cours de la période de suivi de deux semaines.


Il est important de noter que les sujets ont évalué favorablement la plupart des aspects de la formation, nombre d'entre eux indiquant qu'elle était facile à utiliser et qu'ils attendaient avec impatience leur entraînement quotidien. La participation était élevée, les sujets ne manquant en moyenne qu'un seul entraînement par semaine.


Les résultats sont cohérents avec les preuves solides que les paradigmes Go/No Go réduisent la prise alimentaire en laboratoire. Bien que ses mécanismes spécifiques ne soient pas clairs", commentent Manasse et son équipe, "les comptes rendus existants théorisent que les paradigmes d'entraînement au contrôle inhibiteur GNG créent des associations automatiques "d'arrêt" avec la cible entraînée (par exemple, les excès alimentaires) plutôt que de faciliter le contrôle inhibiteur "descendant", ciblant ainsi la voie "impulsive" plutôt que "réfléchie" de la prise de décision".


L'étude est la première à montrer qu'une formation VR qui enseigne le contrôle inhibiteur peut réduire la perte de contrôle du comportement alimentaire en dehors du laboratoire. Les résultats suggèrent qu'une telle formation pourrait être un complément efficace au traitement de l'hyperphagie boulimique. Les auteurs suggèrent que les recherches futures devraient évaluer l'efficacité d'une période de formation plus longue que deux semaines, afin d'évaluer la dose idéale de formation.


L'étude, intitulée "Using virtual reality to train inhibitory control and reduce binge eating : A proof-of-concept study", a été rédigée par Stephanie M. Manasse , Elizabeth W. Lampe, Adrienne S. Juarascio, Jichen Zhu et Evan M. Forman.


Source : PsyPost


Credits Photo : PsyPost


Shift_logo_white.png
La réalité virtuelle haut de gamme facile à transporter et à utiliser pour professionnels
En savoir plus